lundi 29 juin 2009

Mon combat

Je veux tourner le dos à la douleur,
Juste avancer vers un possible bonheur.
Pourquoi me hanter avec le passé?
Pourquoi me pousser à me retourner?
Je ne regarderai pas en arrière,
J’ai déjà franchi la barrière
Qui me mène vers l’ailleurs
Au milieu des champs de fleurs.
Je veux laisser les larmes,
J’ai décidé de prendre les armes.
Retourner vers les nuages gris
Où tout mouvement vous rend aigri,
Je n’en ai plus la force ou la volonté,
J’ai quitté cette triste contrée.
L’espoir me pousse vers l’avant
Malgrè les chaines qu’on me tend.
M’échapper est ma destinée,
Laisse-moi me libérer!

Un coup de fil et un changement d'humeur.... Ca va passer...

11 commentaires:

  1. Chaque instant est une histoire a garder ou partager,la porter comme un fardeau ou la diluer a s'en défaire,Chaque histoire engendre une force,un combat ...apres celle des murs tombés et des barrieres,la force de mener son chemin vers ces champs de fleurs comme tu dis ,lueur enfin de concrétiser tout ses désirs qui commencent peut etre a se personnaliser...Le temps de retrouver un peu plus d'aisance sous l'armure?
    Karine ,un bon feeling avec celui la,je te fais de gros bisous et bonne soirée avec les tiens .

    RépondreSupprimer
  2. il te faudra parfois te retourner encore ...c'est le prix à payer pour avancer ma Karine...mais ne pas se laisser ni abuser, ni déstabiliser...ma grande l'a tant vécu...et t'as vu mon ti mousaillon, son grand bonheur aujourd"hui...
    je te retrouve un de mes poèmes et te l'envoie
    "passé, inutile bagage, cesses de me tourmenter...
    laisse moi continuer mon voyage..."
    avec bcp d'affection

    RépondreSupprimer
  3. Karine, je vais te répéter ce que je t'ai dit ailleurs, mais tu es la mieux placée pour savoir donc j'ai pas de conseils précis à donner.
    Juste oui écris la douleur, expulse là s'il le faut, libère toi et puis continue d'avancer sur ton chemin avec la confiance que tu dois t'accorder.
    C'est ta vie, ton combat.
    Les doutes c'est normal c'est humain, mais ton choix il t'appartient et tu sais pourquoi tu l'as fait.
    Bonne nuit et bisous.

    RépondreSupprimer
  4. Aller, tu sais ce que j'en pense Karine. Le temps t'aidera à te détacher, mais n'oublie pas que tu es maintenant sur ton île. Il ne tiens qu'à toi de ne pas regarder les signaux de fumée noire du nord. Si le paysage est plus beau ailleurs, n'hésite pas à concentrer ton attention sur cet ailleurs.
    ;)

    RépondreSupprimer
  5. je comprends tout à fait... courage et libère toi... le soleil alors brillera de nouveau...

    RépondreSupprimer
  6. Et voilà, je pars quelques jours et Karine est à l'abandon...

    Bises de pirate comme un médicament !

    Jack

    RépondreSupprimer
  7. J'ai bien aimé aussi, tes deux poèmes précédents...;-)

    RépondreSupprimer
  8. @ Esquisse, c'est l'histoire d'une prise de distance, de l'acceptation d'heurter l'autre pour aller mieux soi-même, mais l'égoïsme est difficile à assummer... Je me dois juste à moi-même (et à mes enfants) de savoir avancer... gros bisous
    @ Nanou, je veux juste qu'Il me laisse partir... merci
    @ Lalwende, j'ai écrit un jour: je me sacrifie pour ne pas faire souffrir les autres , je ne peux plus.... Merci.. tu sais pourquoi :o) bisous
    @ Bérénice, ça va... ça ira... il le faut!
    @ Renaud, oui, je sais... c'est juste difficile mais je me bats contre moi-même depuis un moment maintenant ;)
    @ Charl', merci :)
    @ Jack, tu m'as manqué cher pirate; j'espère que tu as bien profité de ton break. bises

    RépondreSupprimer
  9. Oui à trop se sacrifier Karine on ne vit plus, et finalement on ment aux autres et plus grave à soi-même. Il n'est jamais trop tard pour dire stop ;)

    RépondreSupprimer
  10. Grâce à tous ces commentaires, j'ai construit peu à peu le puzzle... je comprends mieux à présent.
    Je suis complètement d'accord avec Lalwende ! Il n'est jamais trop tôt non plus...
    Bisou Karine

    RépondreSupprimer