samedi 26 décembre 2009

Une vapeur éthérée et me voilà qui passe....

Encore une citation de Victor Hugo, parce que je vous l'ai déjà dit, je trouve que ce qu'il a écrit est très juste et je crois qu'avec celle que j'avais mise au début de ce blog, celle-ci me fait vibrer au diapason de l'esprit qui flotte en moi ;)

"La rêverie est la vapeur de la pensée"

Je vous la laisse en cadeau, en attendant que je réussisse à revenir à mes écrits qui restent à l'état d'inachevés en ce moment. Les fêtes sont arrivées avec leur lot de pensées retour, interrogations, mais aussi sourires et étoiles dans les yeux :o) Cadeaux cherchés, attendus, reçus et dégustés comme il se doit!... Mots dans l'air envoyés aux quatre coins des nuages et éparpillés en flocons; les avez-vous reçus? En tous cas, merci pour les vôtres qui réchauffent toujours au bon moment ;)
A très bientôt (j'espère avant l'année prochaine)

dimanche 20 décembre 2009

Blanche

Je me suis perdue
Là où l’ombre et la lumière se retrouvent et s’annulent!
Je me suis soudainement vue,
Celle que les amitiés et les sentiments brûlent!
La grosseur qui étouffe est revenue
Et j’ai marché longuement dans la brume.
Ce long chemin blanc de neige et nu
S’est obscurci de mes pas jusqu’à ce que l’horizon fume.
Un arbre esseulé m’a accueillie sous ses branches dégoulinantes
Et je suis restée là mouillée et la tête pensante,
Penchée vers le sol qui vous appelle à plein poumons,
Les mains sur les genoux pour rester debout.
Ecrire cette page blanche qui, inquiète, m’attend,
Les bras ouverts vers le firmament.


Ni temps, ni courage pour parcourir efficacement la toile en ce moment; je ne vous oublie pas pour autant, juste une petite pause! J'espère profiter des qq jours qui viennent; je suis toute seule.... Pas de bilan cette année, juste trop de choses dans la tête!... biz'''''''

lundi 7 décembre 2009

Brûlée...

Le ciel s’enflamme
Et mon esprit se brûle
A ce désir volontaire de femme
Qui, au seuil de la nuit, affabule.
Quand les doigts fourmillent d’envie,
Un chatouillement prend vie.
Toucher de la pensée volatile,
Frôlement d’une plume volubile.
Les mots se décomposent en mouvements,
Les sons chuchotés des gestes éloquents,
Ils me conduisent au bord de ce ruisseau chatoyant.
Eau pure de nos pensées émerveillées,
Aussi chastes que ces racines enlacées.
La parole se fait silence bavard
Qui nous guide à travers le brouillard.
Chemin de l’ombre ne mène nulle part
Mais entraine les corps épars
Dans une poursuite mélodique
Sur un thème à sens unique.

mercredi 2 décembre 2009

Tagguée par 2 hommes; rien que ça!


Charlemagnet et Jack m’ont taggué pour :THE 2009 BLOGGER APPRECIATION AWARD !

Il faut suivre 7 préceptes que voici :

- Remercier l'ami blogueur : Deux hommes, mais que se passe-t-il? Charl' et Jack. Merci vous me faîtes un grand honneur… et comme je l'ai déjà dit à Charl', pas sûre d'en mériter autant ;o) surtout 2 fois....

- Copier l'image et la montrer sur son blog: fait!

- Mettre le(s) donneur(s) en lien : Cliquez sur leur nom dans l'intro!

- Raconter sept choses inconnues sur soi-même : ça vient mais pfiou, que vais-je bien pouvoir vous avouer d'avouable?

- Offrir, à son tour, le prix à sept blogueurs : Nanou, Nancy, Esquisse, le temps qui passe, Maud (dont j'adore les photos), Trinity (pour le digiscrap), Enfer noir (si tu l'acceptes car j'aime beaucoup ton blog, même si je viens seulement de le découvrir)
Niarf, j'ai d'autres noms en tête mais ils ne sont pas dans la liste parce que je sais que certains n'aiment pas les tags, ou l'ont déjà eu, ou ..... Mais je sais aussi que tous les blogs que je lis le méritent amplement alors voir ma liste de blogs à droite! :o)

- Ajouter leur lien :


- Leur annoncer qu'ils doivent à leur tour se découvrir... J'y vais

* * *

Les 7 fameuses choses que vous ne savez pas de moi :

  1. J'aime la bière de garde et le rhum! Mais non, pas ensemble (et pas que ça mais ils ont ma préférence)! Pour la bière, le fait de vivre dans le Nord et près de la Belgique me facilite nettement les choses; il y a des brasseurs par ici qui savent y faire.... C'est comme un vrai plaisir: se boire une petite mousse si possible entre amis et se délecter de ce breuvage doré qui vous laisse une petite moustache amère à déguster discrètement derrière son verre... Pour le rhum, j'ai dû être pirate dans les Caraïbes dans une autre vie ;o)
  2. Je ne supporte pas la vue du sang ou qu'on me raconte les détails d'une opération. Bah oui, petite nature... du moins pour ce qui est de la santé des autres! Mon esprit se bloque et pouf, plus de Karine! Ca m'a joué des tours en public car une fois que je suis "partie", je mets un peu de temps à revenir...
  3. je suis allergique aux moustiques; les piqûres de ces sales bêtes peuvent m'embêter pendant des mois... et ça gonfle! Ca n'est pas dangereux contrairement à d'autres allergies mais je n'aime pas trop ressembler à Elephant woman par moments! Et j'ai eu droit à 2 "empoisonnements du sang" (légers) à cause de bestioles du genre!
  4. un peu pour poursuivre le point précédent, j'apprécie les araignées et leurs toiles! A bas les insectes volants ;o)
  5. j'adore danser; si la musique me plait et que j'arrive à dépasser la 1ère réaction de gêne, plus rien ne m'arrête et pour peu que je trouve un partenaire qui le veuille, en route vers les rocks endiablés!
  6. je suis fan de BDs; un vice qui m'a prise assez jeune! J'ai commencé avec des Bob et Bobette, qq Pieds Nickelés, Tintin (bien sûr) mais j'ai quitté assez vite les classiques et, par exemple, une dessinatrice comme Florence Magnin me fascine (L'autre monde, Mary la Noire, L'héritage d'Emilie, je crois que je les ai tous...) Je rêve de pouvoir déballer tous les cartons qui m'attendent depuis presque 8 ans; il y a de quoi lire pendant un bon moment
  7. je ne résiste pas à l'achat d'un livre ou d'un CD; si vous me mettez dans une librairie ou chez un disquaire, je ressors très rarement les mains vides ou alors c'est que je n'ai pas d'argent sur moi. C'est de la folie!
Je crois m'en être sortie; vous savez quoi m'offrir à l'apéro maintenant et où ne pas m'emmener faire du shopping au risque de ne plus me voir pendant un loooooong moment...

dimanche 29 novembre 2009

Vous n'avez rien vu...

l'ébauche d'un message vite supprimé car il n'est même pas encore écrit, juste en préparation histoire de ne pas oublier...

Je viens de me rendre compte avec consternation que le tag de Virginie sur la gentillesse était à faire dans la semaine et pfiou, les semaines se transforment en mois ces derniers temps :(
Bref, je suis désolée car même si le sujet me perturbe, je voulais quand même ne pas le laisser passer, car ça me touche qu'on pense à moi, car tout geste mérite au moins un sourire, car je déteste laisser tomber qqn dans l'indifférence ou l'oubli même sans le faire exprès...


Quant à être gentille, le terme continue de me gêner!
Pourquoi? parce que je ne cherche pas à être gentille ou agréable. Je peux même être tout le contraire; si, si, je vous assure! Si vous demandez aux bonnes personnes......
Souvent quand on me dit: "c'est gentil", je réponds: "non, c'est sincère" J'aime faire plaisir aux gens que j'apprécie, un petit geste par ci, par là. Comment ça, certains en ont fait les frais ici? ;o)
En conclusion, je ne suis pas gentille dans l'ensemble; je dirai que je suis simplement moi!....
Et je ne ferai pas suivre car je ne connais pas de méchants :o)

jeudi 26 novembre 2009

La beauté du diable...

De mes yeux embrumés de fatigue, j'aperçois son ombre... Mort bien avant ma naissance mais avec une place bien particulière chez moi; ça fait 50 ans! Il s'éloigne dans cette nappe de brouillard que je ne peux m'empêcher de suivre du regard; le suivrai-je dans sa sombre et chaude demeure? Que je reste ou non, je m........

Gérard Philipe

mercredi 25 novembre 2009

Je l'ai appelé "Pfff"

Pfiou, j'ai vraiment du mal à suivre en ce moment. Enfin, je ne vais pas me plaindre; je bosse (ça fera du bien à la fin du mois!), l'école, la vie quotidienne; pas le temps de m'ennuyer! J'aimerais juste que mon ptit père ne tousse plus vilainement et trouve enfin le repos et son joli sourire plein de vie, mais avec le traitement de choc qu'il a, ça devrait aller beaucoup mieux d'ici le week-end (heureusement que Mamie est là... aussi)
Bref, j'écris peu aussi; je veux dormir hihi
Je vous mets un poème que je n'aime pas; il y a en lui qqc qui me déplait, qui manque je crois... Peut être saurez-vous me dire quoi? Je l'ai écrit alors le voici!

Tic tac tic tac tic tac,
J’attends que la porte claque.
Ma main se lance vers ce nuage,
Promesse d’un visage
Qui ne se détournera pas.
Les contours en sont gravés, ici bas,
Sur la toile tapissant le fond de mes yeux.
Quelques traits pour faire un vœu.
Mais le tonnerre gronde soudain
Et je m’éveille au petit matin.
Rêve éphémère qui vous laisse
Un air brumeux qu’on fuit et délaisse.

dimanche 15 novembre 2009

Moment d'égarement

Une nuée d’oiseaux s’étale dans le ciel sans nuage
Et s’éparpillent les présages.
Un courant d’air frôle ma joue
Comme une invitation à ce geste fou,
Quand mon esprit s’égare dans un espoir flou.
Départ pour les hautes cimes des arbres
Pour échapper à ces humeurs macabres.
Le temps et l’espace me rattrapent
Dans mes envolées qui dérapent.
Besoin de peaux qui se touchent, trop dense
Quand on ne trouve que le silence et l’absence.
Sourire de promesses, regard d’évasion,
Voix de l’horizon… Toujours cette même chanson
Qui revient comme une ritournelle
Connue mais à jamais recommencée
Où se perd l’odeur charnelle
De cet autre qui s’évapore dans la fumée.

lundi 9 novembre 2009

Tresse temporelle

Plume au vent dans la bruyère,
Mes songes doucement échappés d'hier.
L'oiseau s'éloigne à tire d'aile
Et je reste plantée dans cette ruelle.
Les volets fermés me contemplent lascivement
Sous un soleil de plomb éclatant.
Après-midi d'été qui me terrasse,
Je recherche l'ombre au fond de cette impasse.
Observant quelques filaments dans ce ciel trop bleu,
Une silhouette se glisse au fond de mes yeux.
La suivre.... Elle saura me guider
Dans le labyrinthe de mes pensées.
Ce présent incertain m'offre les couleurs atténuées
De lendemains qui se voudraient veloutés.
Rattrapée par une nostalgie effacée,
Je suis cette ombre en contre-plongée.
Retour d'un avenir inaccompli,
D'un passé inassouvi.
Complicité conservée pour échanges minutés,
Que faire de ces instants enchantés?
Les garder dans un de mes tiroirs bien cachés...

Ce texte, je l'ai écrit il y a un moment mais je n'avais trouvé ni le temps, ni l'énergie de le relire; je ne l'ai finalement que très peu remodelé... Bonne soirée! Bises à tous

samedi 7 novembre 2009

Parce que....

*parce qu'1 clin d'oeil, voire même plusieurs...
*pour me faire pardonner de ne pas être plus dispo en ce moment... Pour rester brève, j'ai commencé un nouveau boulot, donc réorganisation, enfants, vie quotidienne... rien d'extraordinaire mais mes journées deviennent trop courtes pour tout bien faire. J'y arriverai!
*parce que la vie réserve des surprises mais que le temps, enfin peut être pas le temps mais la disponibilité me manque...
*parce que, Do, j'ai lu le dernier post sur ton blog mais n'ai pas encore trouvé les mots pour réagir, d'autant que c'est un sujet qui me touche :o)
*parce que, sans vouloir en faire des tonnes, j'ai parfois envie de simplement dire: "je suis là"
*et puis, juste pour dire, parce que.... (parfois l'absence de mots me frustre mais il y a d'autres façons aussi)

Je vous laisse en musique!

mercredi 21 octobre 2009

Démo des mots

Le commentaire de karine m'a emmenée dans des méandres de pensées; je vous soumets les hauts, les bas, les dénivelés... Je ne sais pas ce que vous en penserez, mais c'est là...

Une plume est tombée sur le papier,
Puis elle s’est mise à griffonner:
Petits mots sans importance,
Mots passés sous silence,
Mots criés dans la souffrance!

Une tache d’encre est restée:
Violette pour les moments passés,
Noire pour la sobriété,
Bleue pour marquer et se distinguer!

Une pensée s’est détachée:
Mélancolie pour les nuits d’automne,
Pas d’ennui même si monotone,
Un sourire pour enrichir la donne!

Une image s’est imposée:
Paysage de la douceur,
Nature de la douleur,
Evasion en apesanteur!

Retrouver la parole ou la valeur des mots

Je me suis plongée dans les mots très tôt... d’abord ceux des autres! Toujours un livre à la main: à la maison, dans la voiture, dans mon lit (cachée sous la couette le soir pour continuer à lire), dans les transports en commun, parfois même en marchant (attention devant!) Tout y passe même les panneaux de signalisation routière… ;o)
Puis un jour, parce que les mots sortent plus difficilement quand ils sont prononcés à voix haute, le stylo plume est venu à ma rescousse et tout ce qui ne pouvait/voulait sortir par ma bouche a été couché sur le papier. Et vous savez quoi? J'ai commencé en écrivant de la prose, je vous montrerai peut être un jour mais ce sont des écrits d'adolescente (exutoires mais pas très stylés si j'ose dire)... Il y a souvent eu une oreille attentive juste avant, le vent de la confession, ou plus tard, un œil perçant à qui j’ai dévoilé ces mots mais ces sensitifs-là se comptent sur les doigts d’une main… juste un échange pur et franc…
Mais les mots peuvent aussi blesser; retour en boomerang reçu de plein fouet… Ne pas dire pour ne pas (faire) souffrir, toujours épargner pour ne pas être rejetée (le mot est lancé…)
Des poèmes enfantés dans la souffrance ou parfois dans la tendresse ou le rêve.
Un jour, la parole et l’écrit se sont envolés et je me suis oubliée… longtemps, trop longtemps… Pas un mot n’est sorti; je suis restée bloquée derrière ce mur construit à mon insu. Que s’était-il donc passé? J’ai mis quelques années à me retrouver, puis je me suis sauvée de cette non-communication, de ce puits où je m'étais laissée tomber, où j’ai vainement essayé de me perdre, pour n’être plus personne... Celle qu’on ne voit pas, qu’on n’entend pas, qui n’est pas là ou si peu: sans opinion, sans éclat, sans voix… Qui ne se respecte pas! Mais c'est une autre histoire et il n'est pas encore l'heure; le rideau s'ouvre doucement sans grincement, enfin on essaie!

dimanche 18 octobre 2009

Rêveuse...

Le regard posé sur la baie vitrée,
La pensée évaporée…
J’essaie de lire mais ne retiens pas,
J’essaie d’écrire mais ne me fixe pas.
Le froid s’installe peu à peu
Et les doigts se figent, un peu bleu.
Une mélodie se joue hors du temps,
Une voix s’élève entre deux souffles de vent.
Souvenir d’une lettre oubliée,
Quelques phrases s’envolent dans l’air empesé.
Je me suis perdue dans une carte postale,
Des gouttes tombées sur le papier et la table.
D’où viennent-elles soudain?
Sorties de cette image qui m’enveloppe,
De ce nuage effiloché qui galope.
Larmes d’encre qui sèchent au soleil
Sous mes yeux qui simplement s’émerveillent
Et me laissent plongée dans mon rêve éveillé!

jeudi 15 octobre 2009

Zazie et moi....

Mais non pas celle du métro! La chanteuse! J'espère que vous aurez envie de me suivre jusqu'au bout :o)
Ma rencontre avec ses chansons date de son tout 1er album où il y avait des cowboys, des indiens et des masques (à faire tomber)... déjà!
Et cette chanson! (ne prenez pas tout à la lettre; je ne dis pas qu'elle raconte mon histoire, ça m'interpelle juste!)

Il y a qq années, j'ai chevauché son Rodéo et déjà cette chanson m'a hantée... j'ai fini par le faire...

Vous êtes toujours là?

Et la révélation avec l'album Totem!!!
Une chanson qui concerne un peu tout le monde, non? Enfin, je ne sais pas; disons que ça touche au moins qq personnes que je connais bien...


Et pour finir, mais ce n'est pas la moindre car elle a une place très particulière pour moi et elle me suit, me réchauffe depuis environ un an...♥♥

mercredi 14 octobre 2009

Ecarter les nuages


Il est des choses qu’on sait mais qu’on veut garder cachées.
D’autres qu’on aimerait dévoiler sans jamais pouvoir les exposer.
Il est des jeux interdits qu’on frôle de très près,
Il est des jeux permis qu’on préfère oublier.
Mots délicats dédicacés à des âmes jamais oubliées,
Mots bruts contournés sans les détourner de leur sens premier.
Incapacité à prononcer l’affection primaire du sujet,
Gestes maladroits mais explicites pour toucher.
Idée d’avenir échappé à jamais.
Il est des regrets à ne jamais avouer,
Il est des regrets qu’on ne saurait s’approprier.
Jusqu’où pourra-t-on en pleine lumière s’exposer?
Est-il si difficile d’ouvrir des portes même pas fermées à clef?
Doit-on arrêter de se dissimuler derrière des paravents blindés?
Au final, oser sans retenue se confesser…

lundi 12 octobre 2009

Ne pas déranger


Ecrit sur le fil, pas de rime, pas de travail, juste une lancée de "n'importe quoi"...
J'ouvre la porte à qui saura saisir, il n'y a plus aucune issue, aucune valve de fermée; juste l'envie de ne pas trop se ramasser!

Une petite fille!
Elle reste là, posée!
Sage comme une image!
Personne ne l’entend, on la voit à peine.
Un sourire quand il le faut, une politesse, une gentillesse.
Un modèle effacé comme il se doit!

Une jeune fille!
Souriante, douce, réservée…
Se caler dans un coin, toujours sage!
Parfois les yeux qui brillent mais pas un pas de travers.
Ne pas se faire remarquer.
Une plante vive mais effacée!

Une femme enfin…
Le sourire s’est effacé, la réserve est gardée.
S ‘est enlisée, débattue puis sauvée…
Echappée de la sagesse, elle ne sait plus se cacher!
Gommer les peines et recommencer,
Essayer d’espérer!

vendredi 9 octobre 2009

Confusion de l'après...

Un pan de passé m’a retrouvée mais je ne sais par quel bout l’attraper.
En ce moment, j’ai envie d’écrire des choses qui commencent par «il était une fois…» mais la suite ne s’écrit que dans une certaine douleur, alors il faudrait inventer qqc de plus gai, de plus enchanté…
Et pourquoi pas?

Il était une fois une fée,
Sur une colline perchée.
Son doux visage était caché
Par ses beaux cheveux ondulés.
Jamais elle n’avait voulu regarder
Ce qu’il se passait de l’autre côté!
Grandir au milieu des arbres toujours verts,
Ecouter s’écouler lentement la rivière.
Un rouge-gorge vient de se poser
Sur une branche tombée juste à côté;
Occupé à ramasser des brindilles,
Il n’a même pas aperçu cette jeune fille
Qui a le privilège, comme lui, de savoir voler.

Encore une histoire inachevée; je vous laisse imaginer la suite que vous désirez…
Qu’arrive-t-il une fois le décor planté?
Un état d’esprit du début sans chercher la fin; c’est toujours si compliqué de savoir ce qu’il va se passer ou même ce qui s’est effectivement réalisé…
Et si on laissait chacun suivre sa propre pensée…
Et si les âmes se permettaient simplement de vagabonder…
Et si la boule de cristal pouvait le chemin nous montrer…
Je ne sais par quel bout l’attraper…

mercredi 7 octobre 2009

Pause musicale

Parce que c'est parfois éreintant et que mon esprit est vide et las ce soir, un peu de musique pour adoucir les moeurs et les idées :o)
Juste 2 choses importantes: ma grande a eu 8 ans hier et, bon sang, que je suis fière d'elle! et l'histoire devrait se terminer avant Noël... Le reste est encore à écrire...

vendredi 2 octobre 2009

Plaisir Mordoré


Marrons tombés le long de mon chemin. Marrons ici, marrons là sous mes pas!
Je vous vois, je vous entends dans votre longue chute de la branche vers le sol… Je me sens accompagnée, presque protégée par ces grands arbres lourds de leurs fruits de l’automne; pas un ne me tombe sur la tête! Pourtant, je traine là, juste en dessous, environnée de craquements et de vibrations. Je ne peux m’empêcher de me courber pour vous ramasser, vous polir et vous rouler entre mes doigts. Sensation lisse, rondeur sur ma paume qui se délecte. Mes mains sont pleines de vos courbes, de votre tiédeur offerte. Caresse de la nature!
Et voici un banc métallique qui n’attend que nous! Je m’installe au milieu de ces grands êtres protecteurs, apaisée. J’en viendrais presque à vous confier tendrement mes pensées, la tête légèrement penchée. Se fixer entre ces lanières de métal pour une image figée! Un instant posés avant d’être glissés dans une poche. Je ne peux de vous me séparer… pour un moment d’évasion brunie par le temps!
Souvenirs d’enfance… Il y avait toujours un marronnier pas loin, et l’odeur des marrons chauds dans le centre ville, dans un petit cornet de papier, qui réchauffent les doigts gelés par l’hiver. Cette douce odeur qui emplit le nez pendant que la bouche savoure la chaire brûlante mise à jour sous cette épaisse coque craquelée. Frissons de fin d’année!…

mercredi 30 septembre 2009

Empty...

Du fond des tripes, il remonte lentement
Comme un trop plein de repas trop gras.
Mais l’estomac est vide, serré et las;
Seule l’angoisse provoque ces hoquets-là.
Une pensée trop vive s’est perdue
Dans des yeux plongés dans les nues.
Une vue obscurcie par les non-dits
Se révèle à celui qui jamais ne lit.
Un mot bien choisi l’a saisi
Pour infailliblement le jeter au fond du puits.
Cruauté du hasard qui lance les dés
Et, d’un tour de passe-passe, a tout annihilé.

lundi 28 septembre 2009

Je vous assomme, insensible...

Je suis la plaie ouverte
Laissée de côté, inerte,
Pour mieux y revenir
Quand il est plus simple de souffrir.
Je suis la falaise infinie
Qui se perd vers l’oubli
Quand la chute inévitable
Vient s’inviter à notre table.
Je suis le tissu imbibé du mouchoir,
Glissé sous l’oreiller le soir,
Issu du spleen et de la solitude
Et qu’on oublie avec gratitude.
Je suis la brume matinale
Qui n’a rien d’anormale
Et qui s’estompe avant qu’on la voit
Avant même que quiconque ne le croit.
Un mince filet humide sur la plaine
Qui erre et se promène…
Fantôme empli d’un passé menaçant,
Se laissant pousser par un vent bienveillant,
Allant malgré tout de l’avant.

samedi 26 septembre 2009

Incapable de disparaitre…

Et pourtant en ce moment, que dis-je depuis un certain temps, comme j’aimerais juste oublier... Oh pas vous oublier, ça, c’est trop difficile! Mais me faire oublier… ne plus troubler de mon mal-être, bien-être (mouarf) ou simplement de ma présence… j'en oublie les rimes et les fioritures; je me montre en brut!....
Un douloureux anniversaire se profile… une douleur où se mêlent de nombreux parfums! Mais le début de la réalisation d’une fin, de la fin d’une époque. Un deuil synonyme de naissance dans une certaine mesure…. 1 an que la goutte a commencé sa course lente jusqu’à la chute! 1 an de descente vertigineuse pour finir sur un doux tapis de laine, confortable mais qui gratte tout de même parfois un peu!
Ce blog en est une des étapes importantes! Votre présence récente (tout est relatif) ou non m’a portée jusqu’ici…
Je repars dans mes allusions à 4 sous. Pardonnez-moi; c’est juste ma façon de me protéger tout en me livrant à vous. La chair et l’âme à vif; un chiffon usé à recoudre…
C’est tellement difficile de se souvenir de la goutte d’eau qui a fait déborder le vase même si des tas d’arcs-en-ciel ont parsemé, depuis, mon chemin avec leur cortège de personnages fantastiques :o)
Tous ces mots pour ne rien dire... ou si peu! Expliquer mon état fantôme du moment; je ne suis pas loin mais pas tout à fait là; comme qqc qui erre un peu, une nappe de brouillard qui essaie de ne pas cacher la lumière...
Alors encore une fois, merci d'être là! Je reviendrai mieux bientôt; ça va.... passer...

2 musiques pour finir:

mardi 22 septembre 2009

Les filles aussi :o)

Pour Lalwende,
Parce que non, Bérénice, je ne suis pas inspirée que par/pour les hommes ;o)
Parce que je retrouve un peu de détente et d'évasion dans le digiscrap....
Parce que j'ai envie de faire plaisir à ceux qui le désirent même si le risque de se tromper est toujours là...
Parce que ces images peuvent peut être exprimer au moins autant que mes mots!

Kit Under the Sun de Trinity (parce que tu me manques...)

dimanche 20 septembre 2009

Parce que je ne veux pas de jaloux ;o)

Alors, mon cher Charles, te connaissant quand même un peu moins que Jack et Bernard, j'ai fait au feeling; j'espère ne pas être tombée trop loin et te faire un peu plaisir :o)
N'hésite pas à donner tes impressions quelles qu'elles soient!
Pour finir, s'il y a d'autres amateurs, passez les commandes mais je ne promets pas d'être toujours aussi dispo (ou inspirée :s)

Kit Before Automn de Trinity

samedi 19 septembre 2009

Je n'ai pas pu m'en empêcher...

Pour Bernard :o)
de mon soleil nordique.... où je suis un peu posée au fond du jardin en ce moment, en recherche de mots qui ne veulent pas m'aborder mais qui reviendront sans nulle doute! Ils doivent profiter des beaux jours de septembre ou alors ils ont fait leur rentrée avec mes enfants ;o)
Du coup, je fais des images ;o)
Charl', si tu le veux, il me semble déjà avoir dit que ce sera avec plaisir; laisse-moi une illustration qq part!...
Faute de mots, je reste proche en pensées...

Kits Kind of kid et Ogrine de Renaud ;o)

jeudi 17 septembre 2009

Seulement un cadeau pour un pirate ;o)

Pas envie de grand chose en ce moment mais cette image m'a inspirée alors j'offre cette page à Jack avec plaisir s'il en veut bien... (je sais, ce n'est pas le bon blog ;o))

Kit Rouge passion de Manue

dimanche 13 septembre 2009

Réalité urbaine...

Mise à disposition de toutes les têtes trop lourdes
Admettant l’absorption de la chaleur sourde.
Crescendo de corps allongés au sol
Avec tout ce que cela comporte de misère qui désole.
Dans la ville endormie à l’isolement,
Alors le pied trébuche aisément.
Monde loin d’être innocent…

vendredi 11 septembre 2009

Télé-communication



Une baie vitrée! Vue sur la mer…. Précieuse!
Une femme regarde par la fenêtre… Sérieuse!
Pas un son ne viendra la perturber.
Le silence de la solitude ne cesse de l’envelopper!
Quelle est donc cette musique qui surgit de nulle part?
Ces notes lui rappelle qu’elle est sur le départ…
La sonnerie du portable la ramène à cette réalité.
Un flux d’émotions monte soudain comme une marée..
Qui? Pourquoi? Une urgence s’est-elle déclarée?
Le téléphone imperturbable continue de sonner.
Se détourner, s’éloigner de cette vue hypnotique.
Quelques mouettes passent par là dans un ballet anarchique.
Et cette mélodie qui s’échappe à ses pieds…
Elle se penche enfin pour l’attraper,
Un coup d’œil ne lui permet pas de voir qui veut lui parler.
Un geste, un mot et la voilà à écouter
Une voix calme et douce qui lui permet de se poser!
Elle pense enfin à se relaxer.
Un petit bout de parquet, un coin de pièce où se caler,
Elle lâche peu à peu ses muscles fatigués, libérée…
Elle reste prête à s’évader… Fatiguée!

jeudi 10 septembre 2009

Le roman inachevé... (mais ce n'est pas Aragon qui écrit)

Je ne vais pas vous détailler les rats comptés qui courent sur le pont du navire de notre ami pirate, mais me voilà encore une fois taguée par Jack et, pour un rat conteur, voici qui ne m'inspire que de la prose!
Ainsi vient mon écueil, mon récif! Puissai-je ne pas trop m'échouer!

Un refrain, une ligne de bus, un café ou même un uniforme que je n’ai jamais vraiment vu!
Une foule de souvenirs me submergent, m’emmènent vers un ailleurs, une époque révolue. Une fumée s’éloigne dans une brise du Nord vers le sud.
Ma pensée s’envole avec elle.
Un regard d’un bleu océan où j’aimais me noyer avant même d’avoir le loisir de m'y blottir.
Une jeune fille timide mais que l’impatience pousse à faire le Pas, le premier, celui qui déclenche l’Histoire, la Destinée!
Les échanges de regards de plusieurs mois ont allumé l’étincelle de courage qui me manquait. Enfin, en matière de courage, les mots n’arrivent pas à franchir le seuil de mes lèvres. La parole s’envole, dit-on! Tous ces mots ne seront pas dits ou entendus.
Eh oui, j’avais déjà le stylo collé à la main droite. Du haut de mes 15 ans, je noircissais les pages: cahiers, bristol, papiers volant entre 2 pages de livre…
D’ailleurs, ces yeux bleus m’avaient bien inspirés quelques lignes cachées dans un tiroir de mon bureau d’adolescente.
Ces regards au détour d’un couloir, d’une porte ou d’une cour de récré me faisaient vivre mille douces tortures, de ces émois qui vous maintiennent dans les nuages pendant des heures entières… Mais je m’égare…
Revenons à la témérité de la timidité mêlée d’impatience!
Une carte, une enveloppe, un stylo et quelques mots bien sentis sans équivoque, sans possibilité de se défiler. Seulement 2 réponses possibles: celle qui vous fait monter aux nues ou celle qui vous précipite au sol. C’était bien beau tout ça mais encore fallait-il la lui remettre!
L'occasion me serait offerte par une amie qui vieillit ;o) Une, deux, on donne sans compter; une main tendue et je m'en vais...
Les premiers instants d'une aventure que je vous laisse finir à votre guise! Tout est permis; je ne vous conterai pas la suite aujourd'hui de cette histoire achevée car pour vous, elle ne fait que commencer...
Un jour peut-être!

jeudi 3 septembre 2009

Tagguée par Virginie


1 - Plutôt corné ou marque page ?

Marque-page, tout bêtement parce que pour moi, un livre est précieux, même un livre de poche, j'en aime l'odeur, le toucher,etc... et le corner, c'est l'abimer ;)

2 - As-tu déjà reçu un livre en cadeau ?

Oui, et le dernier livre qu'on m'ait offert et qui m'ait plu est "Mort aux cons" de Carl Aderhold, mais ça peut être difficile et j'avoue que si ça ne me plait pas, je ne lis pas!

3 - Lis-tu dans ton bain ?

Non, enfin très rarement; je n'arrive pas à trainer dans mon bain et avoir les mains en dehors, c'est pas très relaxant...

4 - As-tu déjà pensé à écrire un livre ?

non, je ne m'en sens absolument pas capable!

5 - Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?

Ca dépend mais à priori, ça ne me dérange absolument pas; le plus dur quand il s'agit de série contemporaine, c'est d'attendre la sortie du tome suivant.

Avec le Trilogie de l'héritage (l'histoire d'Eragon), j'attends le 4ème et vu le temps que ce monsieur met à écrire ses livres, je crois que je peux ronger mon frein un moment :o)

6 - As-tu un livre culte ?

Un livre culte, je ne sais pas; il y a des livres qui m'ont beaucoup marqués et j'aurais tendance ici à parler du dernier qui m'a apporté une réflexion et une sorte de recul dont j'avais besoin: Le Dieu dans l'ombre de Megan Lindholm, que j'ai découvert un peu par hasard sur un étalage de librairie et dont j'ai gardé une empreinte très marquée dans un des tiroirs de mon cerveau (j'avais mis un articlle sur ce blog, il y a longtemps...)

7 - Rencontrer ou non l’auteur du livre ?

non, j'avoue que ça ne m'intéresse pas forcément...

8 - Aimes-tu parler de tes lectures ?

Oui, le plus souvent, pendant que je suis dans l'ambiance du livre; ensuite, je passe à autre chose

9 - Comment choisis tu tes livres ?

titre, 4ème de couverture, auteur; parfois une amie qui m'en conseille un!

10 - Aimes-tu relire ?

La plupart du temps, non! Je préfère découvrir; les livres que j'ai relu sont très rares. En fait, il n'y a que vous, mes amis de blog que je relis ;o)

11 - Une lecture inavouable ?

non, ou alors j'ai oublié! hihi

12 - Des endroits préférés pour lire ?

mon lit, un bon fauteuil mais comme il me faut du calme, c'est en général mon lit!

13 - Un livre idéal serait pour toi ?

Un livre qui me transporterait assez pour que je veuille y vivre, mais pas trop réaliste, que je puisse rêver aussi :o)

14 - Lire et manger ?

euh rarement ou alors si je suis tellement prise par mon livre que je l'emmène même à table :op

15 - Lecture en silence, en musique, peu importe ?

en silence! la musique me perturbe...

16 - Le livre te tombe des mains, tu vas quand même jusqu’au bout ?

Si je suis très proche de la fin, oui! Sinon, je vais le plus loin possible et je ferme le livre puis les yeux...

17 - As-tu un livre culte?

euh, un 2ème? Tous mes livres sont en carton; je redécouvrirai un jour....

18 - L’auteur que tu regrettes de ne pas avoir lu ?

alors là, c'est une excellente question! Je ne crois pas qu'il y en ait un; celui qui me fera vibrer jusqu'au fond de l'âme peut-être!

19 - Ton livre de chevet tout de suite ?

Une histoire en plusieurs tomes justement Le temps des trahisons (2ème de la série Le livre des mots) de J.V.Jones!

Des chateaux, des princes, des princesses, de la sorcellerie, le bien, le mal... Du fantastique comme souvent; c'est un genre que j'aime beaucoup de Paul Auster (pas que ses écrits fantastiques d'ailleurs) à Tolkien en passant par M. Zimmer Bradley et beaucoup d'autres...


Etant souvent la tête dans les bouquins, ce tag ne pouvait que m'attirer et me plaire. Donc encore un grand merci à Virginie qui m'a gentiment désignée ;o) Je me rends compte à ma grande honte que ses liens de blog ne sont pas encore ici (il faut que je remédie à ça au plus vite)

Il me faut maintenant désigner mes victimes; pas facile! Alors au hasard mouahaha, je pense à Lalwende, Nanou (si tu en as le temps et l'envie), Jack, Bérénice et Thierry (toutaubord, si tu passes par là)

A part ça, je n'écris pas en ce moment, les mots s'envolent avant que je les couche sur le papier... Alors n'hésitez pas à regarder les nuages; vous en trouverez peut-être qq uns!

dimanche 30 août 2009

Ascension

Il marche seul sur la route,
Magie de l’esprit qui doute.
Allure tranquille de découverte
Gagnée par une pensée alerte.
Immanquablement conquérant,
Nourri par un insaisissable vent,
Appelé du haut de la montagne,
Il escalade et rapidement s’éloigne
Remontant vers la source,
Eliminant tout obstacle dans sa course.

Juste un petit mot pour vous dire que c'est un acrostiche; attention aux 1ères lettres ;o)

jeudi 27 août 2009

Là-haut, là-bas....

Le sourire se perd dans un nuage
A trop vouloir ne pas rester sage.
Un doigt ou deux se lèvent puis retombent,
L’esprit dans les limbes.
Une brise tiède se promène
Entourant toutes ces pensées amènes.
Le compte est soudain ralenti,
Les secondes s’égrainent sans bruit.
La main reste suspendue
Au temps du souffle retenu.
Mystère d’un moment échappé
A la mordante réalité…

mardi 25 août 2009

Où sont les murmures?

Haro sur les éclats parsemant mon paysage,
Un peu de silence me rendrait plus sage.
Ralenties les idées qui germent dans mon crane,
Le roulis des cris s’installe en filigrane.
Eparpillé parmi les affres de la conscience,
Mon esprit tente désespérément de trouver la réponse.
Elle erre aux frontières de l’oubli,
Ne cesse de me laisser affaiblie
Tout à la tentation de succomber au bruit.