lundi 26 avril 2010

Ce qui n'existe pas....



Un hurlement perçu dans la nuit,
Une détresse sauvagement enfouie.
Ce déchirement félin poursuit son chemin
Arrachant tout de son acharnement malin.
L’impuissance hurle son nom
Du creux d’un gouffre profond.
Les mots sont inutiles,
Les pensées trop volatiles.
Où se trouve ce pouvoir
Dans lequel se cache un infime espoir?
Révolte dans une indicible brume
Que l’on passe dans cette mèche qui fume.

3 commentaires:

  1. Je t'envoie des rayons de soleil et plein de douceur...
    Prends soin de toi ...
    Gros bisous ...:)

    RépondreSupprimer
  2. Souffle sur la fumée Karine et laisse entrer le soleil !
    Je t'embrasse bien fort !

    RépondreSupprimer